Laser endoveineux dans les saphènes internes

Envoyer Imprimer PDF

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

 

 

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

 

 

 

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

 

 

 

laserendoveineux saphène internelaserendoveineuxlaserendoveineux saphène interne

 

Quelque soit la technique chirurgicale utilisée,

Les lasers sont utilisés avec succès et efficacité depuis de nombreuses années dans différentes applications médicales.

Récemment, une nouvelle technique utilisant l’énergie laser délivrée par voie endo-veineuse (directement à l’intérieur de la veine) a été développée pour traiter les veines variqueuses.

Cette technique innovante a maintenant un peu plus de 10 années de recul et plusieurs milliers de patients en ont déjà bénéficié en France et dans le monde entier avec un développement particulièrement important aux USA(3/4 des ablations des varices sont effectués par Laserendoveineux ,en Belgique En Allemagne sauf en France ou il existe quelques réticence incompréhensible.

Des études réalisées dans ce domaine montrent d’excellents résultats à moyen terme

Les lasers de longueur d’onde 980 nm ou 1470 nm(fibre radiale) sont utilisés pour délivrer l’énergie laser à la paroi veineuse par l’intermédiaire d’une fibre optique de très petit calibre (600 microns). Le traitement laser est réalisé sous anesthésie strictement locale.

Il s’agit d’un traitement endo-vasculaire qui utilise un matériel vecteur (cathéters d’introduction) similaire à celui des dilatations artérielles (des membres et des artères coronaires au niveau du cœur).

Les cicatrices sont très petites, millimétriques, et le plus souvent invisibles par la suite.

La période de récupération est très courte, ne nécessitant pas le plus souvent d’arrêt de travail.

le patient est autonome et  peut rentrer chez lui immédiatement

Avant la réalisation de la procédure, une ou deux consultations permettront d’effectuer une évaluation clinique et écho-Doppler afin de déterminer si cette méthode peut être utilisée chez vous, de faire une « cartographie » (« état des lieux » de votre réseau variqueux) et afin d’apporter informations et réponses à vos interrogations.

Le jour du traitement, un nouvel examen écho-Doppler sera réalisé pour permettre de dessiner sur votre peau le trajet exact de la veine à traiter par laser, c’est le « marquage ».

Selon les cas, des branches variqueuses peuvent également être marquées pour pratiquer de façon simultanée des phlébectomies (exérèse de veines par micro-incisions de proche en proche) ou des scléroses de complément.

Durant la procédure, vous porterez des lunettes spéciales pour quelques minutes, afin de protéger vos yeux contre une éventuelle exposition accidentelle à la lumière laser.

L’anesthésie de la zone à traiter sera faite avec de la Lidocaïne. (utilisant un appareil à tumescence), et sous echodoppler anesthésie de tout le trajet du tir ainsi qu'a l'aine autour de la crosse

Une fibre optique stérile sera introduite dans la veine et mise en place sous contrôle échographique.

L’énergie laser sera délivrée sélectivement à la veine cible.

Une compression par bas cuisse ou collant sera appliquée pour une durée d’un mois après le traitement. à enlever la nuit

La procédure est faite en AMBULATOIRE, au cabinet médical et vous ne resterez donc au total qu’une heure ou deux.

 

RISQUES et INCONFORT après la PROCEDURE

 

Comme pour  tout traitement des varices, le but du traitement par laser est d’améliorer les symptômes dont vous vous plaignez. Néanmoins, comme tous les autres traitements, dans quelques cas, il peut ne pas les modifier ou les améliorer partiellement, et même une aggravation ne peut être totalement exclue.

Très rares mais possibles des effets secondaires indésirables tels que brûlures de la peau en regard de la veine ou des tissus avoisinants (rendus rarissimes par la technique d’anesthésie par tumescence), troubles neuro-sensitifs sur le trajet ou dans la région de la veine traitée, perforations de la veine (provoquant simplement une ecchymose plus importante), ruptures de la fibre laser, phlébites superficielles ou profondes (inflammation et oblitération de veine) peuvent survenir.

Quelques hyperpigmentations (tâches brunes sur la peau), ou apparition de vaisseaux sous-cutanés par néo-vascularisation (télangiectasies en particulier) ont été décrites.

D’autre part, on ne peut éliminer totalement la survenue possible de problèmes ou effets secondaires non répertoriés à ce jour.

Dans la très grande majorité des cas, les ponctions à l’aiguille d’une veine ne sont à l’origine d’aucun problème sérieux. Cependant, de façon très rare, peuvent survenir malaise ou infection.

Très exceptionnellement, une allergie à la lidocaïne, en rapport avec l’anesthésie locale, peut survenir.

Des ecchymoses surviendront dans les jours suivant la procédure ; elles sont d’importance variable, mais banales, disparaissant spontanément en 10 à 15 jours.

Enfin, sur le trajet de la veine, des douleurs dans les jours qui suivent la procédure sont possibles (en particulier vers le 4ème ou le 5ème jour) mais, dans la grande majorité des cas, ces douleurs sont bien calmées par les antalgiques ordinaires (paracétamol, ibuprofène) et n’entraînent pas l’arrêt d’activité.

 

COMPLICATIONS POTENTIELLES en l’ABSENCE de TRAITEMENT des VARICES

 

Les varices constituent une maladie chronique évolutive à composante héréditaire.

En l’absence de traitement, l’évolution se fera vers une aggravation des symptômes (tels que lourdeurs, douleurs, démangeaisons…) et de l’état veineux (augmentation du nombre et du calibre des varices).

Selon la durée d’évolution de la maladie et son potentiel évolutif pourront également survenir des complications au niveau de la peau (pigmentation, eczéma, inflammation, atrophie, voire ulcère) ou à l’intérieur des veines, à type de phlébites superficielles, voire, plus exceptionnellement, profondes (caillots se formant à l’intérieur d’une veine). Parfois également des ruptures hémorragiques de varices sont possibles.

 

Avant la réalisation de la procédure, une ou deux consultations permettront d’effectuer une évaluation clinique et écho-Doppler afin de déterminer si cette méthode peut être utilisée chez vous, de faire une « cartographie » (« état des lieux » de votre réseau variqueux) et afin d’apporter informations et réponses à vos interrogations.

Le jour du traitement, un nouvel examen écho-Doppler sera réalisé pour permettre de dessiner sur votre peau le trajet exact de la veine à traiter par laser, c’est le « marquage ».

Selon les cas, des branches variqueuses peuvent également être marquées pour pratiquer de façon simultanée des phlébectomies (exérèse de veines par micro-incisions de proche en proche) ou des scléroses de complément.

Durant la procédure, vous porterez des lunettes spéciales pour quelques minutes, afin de protéger vos yeux contre une éventuelle exposition accidentelle à la lumière laser.

L’anesthésie de la zone à traiter sera faite avec de la Lidocaïne.

Une fibre optique stérile sera introduite dans la veine et mise en place sous contrôle échographique.

L’énergie laser sera délivrée sélectivement à la veine cible.

Une compression par bande ou par bas sera appliquée pour une durée d’une semaine après le traitement.

La procédure est faite en AMBULATOIRE, au cabinet médical et vous ne resterez donc au total qu’une heure ou deux.

 

RISQUES et INCONFORT après la PROCEDURE

 

Comme pour  tout traitement des varices, le but du traitement par laser est d’améliorer les symptômes dont vous vous plaignez. Néanmoins, comme tous les autres traitements, dans quelques cas, il peut ne pas les modifier ou les améliorer partiellement, et même une aggravation ne peut être totalement exclue.

Très rares mais possibles des effets secondaires indésirables tels que brûlures de la peau en regard de la veine ou des tissus avoisinants (rendus rarissimes par la technique d’anesthésie par tumescence), troubles neuro-sensitifs sur le trajet ou dans la région de la veine traitée, perforations de la veine (provoquant simplement une ecchymose plus importante), ruptures de la fibre laser, phlébites superficielles ou profondes (inflammation et oblitération de veine) peuvent survenir.

Quelques hyperpigmentations (tâches brunes sur la peau), ou apparition de vaisseaux sous-cutanés par néo-vascularisation (télangiectasies en particulier) ont été décrites.

D’autre part, on ne peut éliminer totalement la survenue possible de problèmes ou effets secondaires non répertoriés à ce jour.

Dans la très grande majorité des cas, les ponctions à l’aiguille d’une veine ne sont à l’origine d’aucun problème sérieux. Cependant, de façon très rare, peuvent survenir malaise ou infection.

Très exceptionnellement, une allergie à la lidocaïne, en rapport avec l’anesthésie locale, peut survenir.

Des ecchymoses surviendront dans les jours suivant la procédure ; elles sont d’importance variable, mais banales, disparaissant spontanément en 10 à 15 jours.

Enfin, sur le trajet de la veine, des douleurs dans les jours qui suivent la procédure sont possibles (en particulier vers le 4ème ou le 5ème jour) mais, dans la grande majorité des cas, ces douleurs sont bien calmées par les antalgiques ordinaires (paracétamol, ibuprofène) et n’entraînent pas l’arrêt d’activité.

 

COMPLICATIONS POTENTIELLES en l’ABSENCE de TRAITEMENT des VARICES

 

Les varices constituent une maladie chronique évolutive à composante héréditaire.

En l’absence de traitement, l’évolution se fera vers une aggravation des symptômes (tels que lourdeurs, douleurs, démangeaisons…) et de l’état veineux (augmentation du nombre et du calibre des varices).

Selon la durée d’évolution de la maladie et son potentiel évolutif pourront également survenir des complications au niveau de la peau (pigmentation, eczéma, inflammation, atrophie, voire ulcère) ou à l’intérieur des veines, à type de phlébites superficielles, voire, plus exceptionnellement, profondes (caillots se formant à l’intérieur d’une veine). Parfois également des ruptures hémorragiques de varices sont possibles.

 

 

 

Anatomie:

  • Exérèse de la saphène interne gauche par abord direct Le traitement de l’insuffisance veineuse des membres inférieurs par laser endoveineux, sous contrôle écho-doppler.
  • phlébectomie de paquets variqueux gauche.

Appareil laser diode :

  • Guide.
  • Cathéter nylex 5F.
Appareil tumescence
Appareil Echodoppler

Un marquage préopératoire soigneux a été réalisé la veille de l'intervention de manière à repérer de façon précise l'origine des troncs, leur terminaison et les différentes collatérales qui en partent. Repérage précis de la saphène dans la jarretière.et à l'aine marquage de la saphène dans la crosse à deux centimètres de la veine fémorale. Une anesthésie strictemement locale a été réalisée   .

 

Saphène interne à la cheville:

  • Abord percutané de la saphène interne pré-malléolaire (3mm). Une dénudation de la saphène à la cheville après une anesthésie locale strict
  • Une infiltration par du sérum physiologique associant les anesthésiant est effectué sur toute la zone du tir laser par tumescance sous contrôle echodoppler
  • La crosse de la saphène et la veine fémorale ont été repérées à l'échodopppler en préopératoire et peropératoire
  • Le guide est passé puis la sonde 5F qui est montée jusqu'au Scarpa.
  • Le guide est retiré et remplacé par la fibre optique introduite dans sonde 5f.
  • La fibre montée dans la sonde 5f dépassant à l'extrémité.

La fibre optique suivie par transi lumination et sous repérage écho doppler, est montée vers la crosse et est arrêtée à deux centimètres de la veine fémorale.(une fibre que l’on positionne au niveau de la jonction saphéno-fémorale. confirmée par écho doppler et par la visualisation de la lumière rouge de visée au travers de la peau).une anesthésie locale sous contrôle Echodoppler par tumescence réalisant une anesthésie crurale

 

Tir laser à 7à 12watts Watts tous les 3mm en descendant jusqu'au genou et poursuite du tir à 5 watts jusqu'à la mi-jambe. Entraînant la rétraction et la destruction de la paroi veineuse sans aucun dommage aux tissus environnants. La veine peut être traitée sur toute sa longueur. Après traitement, un contrôle écho doppler confirme la réfraction et l’occlusion de la veine qui disparait complètement après rétraction puis obstruction, fibrose et sclérose et disparition.

 

Autres varices bilatérales:

  • Eradication des segments veineux au crochet de Müller des restants des varices.
  • Les hématomes sont soigneusement évacués par les différents points d'incisions.

Fermeture des incisions par simple pansement des bas cuisses classe II. IIs sont mis aucun bandage ni contention par elasto ou autre n'est mis pour 1 mois et à enlever la nuit.

Partager cet article

Mise à jour le Samedi, 17 Mai 2014 12:12  

Inscription aux lettres d'information







Publicité